Octobre 2018

INSTITUT NATIONAL DU CANCER. « L’infirmière de parcours a un grand rôle à jouer »

Qu’en est-il des axes 2 et 3 ?

L’axe 2 du Plan concerne la qualité de vie des personnes malades. La prescription de l’activité physique adaptée (APA) est désormais possible. Le droit à l’oubli dans le cadre de la convention AERAS (voir p. 44) a été étendu à de nouvelles localisations de cancers (côlon, rectum et lymphomes hodgkiniens). Par ailleurs, 30 entreprises représentant plus de 1 200 000 employés ont d’ores et déjà signé la Charte sur le retour et le maintien à l’emploi après un cancer.

L’axe 3 a trait à la prévention et à la recherche. Rappelons que 40 % des cancers sont évitables, en particulier liés au tabac (45 000 décès par an) et à l’alcool (15 000 décès par an). Face au tabac, citons l’augmentation de la fiscalité pour un paquet à 10 euros à l’horizon 2020, le renouvellement de l’opération #MoisSansTabac, la création d’un fonds de lutte alimenté en 2018 par une contribution sociale sur le chiffre d’affaires des distributeurs de tabac… Face à l’alcool, un avis d’experts a proposé de nouveaux repères de consommation : pas plus de 2 doses par jour et 10 par semaine avec des jours sans consommation, sans pouvoir mettre en lumière un seuil en dessous duquel il n’y aurait aucun risque. Quant à la recherche, elle occupe la plus grosse part du budget de l’INCa, avec notamment en 2017 le lancement d’un programme en pédiatrie et d’un autre dédié à l’adénocarcinome du pancréas…

 

Les médecins généralistes déplorent un manque d’information, les tenant souvent à l’écart de la prise en charge des cancers de leurs patients. Qu’en pensez-vous ?

Je suis d’accord avec ce constat. C’est pourquoi l’INCa travaille avec le Collège de la médecine générale (CMG) et le Collège national des généralistes enseignants (CNGE) à l’élaboration et à la diffusion de documents simples et lisibles, comme nos « Outils pour la pratique des médecins généralistes »(2). Nous oeuvrons au déploiement du dossier communicant de cancérologie (DCC), à son intégration au dossier médical personnel (DMP) et à l’utilisation des messageries sécurisées de santé (MSS), ce qui doit faciliter le lien ville-hôpital. Nous avons créé le poste d’infirmière de coordination en cancérologie et participé à l’élaboration des décrets sur l’infirmière de pratique avancée (IPA), lesquelles vont aussi construire des ponts entre les acteurs.

 

2. Collection « Outils pour la pratique des médecins généralistes - Du diagnostic au suivi »