Mars 2015
.

UTAH, un pari réussi sur la qualité pour réduire les coûts de santé

Alain Trébucq
Reportage

L’une des originalités d’Inter­mountain Healthcare, du moins par rapport au modèle américain des HMO (Health Maintenance Organization), type Kaiser, c’est l’intégration, qui permet de ne pas opposer les intérêts des uns à ceux des autres, ceux des patients à ceux des professionnels de santé ou du payeur. Intermountain Healthcare a ainsi créé sa propre assurance ma­ladie, avec 700 000 ayant droit, c’est-à-dire le quart de la population de l’Utah, mais il soigne 1,6 million de patients par an, soit 60 % de la po­pulation, via une contractualisation avec les autres assureurs. Organisa­tion à but non lucratif, Intermoun­tain Healthcare dispose de 22 hôpi­taux, salarie près de 1 300 médecins (sur les 6 000 que compte l’Utah), plus de 3 000 infirmiers en soins avancés. Les processus de soins de santé sont standardisés autant qu’il est possible de le faire pour les patho­logies les plus fréquemment rencon­trées. Le médicament n’échappe pas à ce processus de standardisation, tel médicament plutôt que tel autre étant recommandé dans telle indica­tion. L’effet volume produit permet alors à Intermountain Healthcare de négocier d’importantes remises auprès du laboratoire pharmaceuti­que producteur, Bert Zimmerli, vice-président et directeur financier, évo­quant l’exemple de l’azithromycine, antibiotique standardisé dans le traitement des pneumopathies, avec une remise pouvant aller jusqu’à 60 % du prix initial !

Nourri par un système d’infor­mation performant, Intermoun­tain Healthcare voit ses processus de soins évoluer en continu afin de tendre constamment vers la recher­che de l’excellence médicale, ce qui, selon Brent James, responsable de la qualité, consiste à produire le meilleur soin au meilleur coût et à la plus grande satisfaction du patient considéré aussi comme un client.

Dans un article du Journal de droit de la santé et de l’Assuran­ce maladie, paru en fin d’année dernière, P. H. Bréchat, P. Briot et al. (2) écrivaient que « si l’on ap­pliquait le niveau d’organisation d’Intermountain Healthcare à tout le territoire des États-Unis d’Amé­rique, près de 40 % des dépenses de santé consacrées par Medicare aux plus de 65 ans ayant des ma­ladies chroniques pourraient être économisées dans le pays, soit près de 150 milliards de dollars par an, tandis que les mesures de qualité s’amélioreraient » ! Un constat à méditer alors qu’en France, on réfléchit encore à l’ouverture des données de la base du Sniiram !

Contributions

  Notez bien, chers lecteurs, la provenance de notre message. Nous sommes à Chittagong (Bangladesh), dans 10 ans, le 17 Mai 2025. Patrice et moi venons de débarquer à l'Aéroport...

Pour une refondation efficace du système de santé :   1°) Education des patients dès le plus jeune âge sur l'utilisation correcte du système de santé. Permettrait de ne pas encombrer les...

Malheureusement le praticien libéral isolé va disparaître dans les 10 ans à venir. Il va disparaître sous l'effet des contraintes du tiers payant et de l'augmentation des charges. Resterons...