Septembre 2018

PERSONNES ÂGÉES. Paerpa : trop tôt pour parler de fiasco

Valérie Devillaine
Les premiers bilans des expérimentations Paerpa (Parcours des personnes âgées en risque de perte d’autonomie) ne montrent pas de résultats positifs significatifs.
Pourtant, les professionnels impliqués sur le terrain, comme en Corrèze, voient de nombreux avantages au dispositif et demandent un peu de temps pour en démontrer l’efficacité.

 

Le Syndicat des médecins libéraux crie au fiasco, Le Quotidien du médecin parle de « flop », tous deux citant un premier bilan des expérimentations Paerpa, publié en juillet par l’Institut de recherche et documentation en économie de la santé (Irdes)*. Certes, ces résultats mettent en évidence l’absence d’« effet moyen significatif propre à Paerpa » (cf. détails en encadré), mais « il faut du temps, beaucoup de temps… », revendique Corinne Llovel, cheffe de projet Paerpa de l’ARS en Corrèze.

Pour rappel, deux rapports du Haut Conseil pour l’avenir de l’Assurance maladie (HCAAM) ont montré en 2011 l’insuffisance de coordination entre les différents acteurs de la prise en charge sanitaire, sociale et médico- sociale des personnes âgées, et un recours excessif à l’hospitalisation, causes de pertes d’autonomie des personnes âgées. Le HCAAM a donc préconisé la mise en place de projets pilotes fondés sur une approche par parcours de santé, pour les personnes âgées de plus de 75 ans dont l’état de santé est susceptible de s’altérer pour des raisons d’ordre médical et/ou social. Lancées en 2014, les expérimentations s’appuient sur trois outils : plans personnalisés de santé (PPS), annuaires de ressources et messageries sécurisées.

* Évaluation d’impact de l’expérimentation Parcours santé des aînés (Paerpa). Premiers résultats. QES n° 235 2018/07-08.
« Évaluation qualitative PAERPA - RAPPORT FINAL », Document de travail, Série Études et recherche, n° 135, Drees, Mai 2017.